Eau grecque menacée : l’Europe impose la privatisation des services de l’eau aux pays touchés par la crise

Sous la pression de l’Union européenne qui force l’austérité et les coupes budgétaires, le parlement grec vient d’adopter, avec une courte majorité, une loi sur la privatisation qui facilite la vente des biens de l’État : le gouvernement ne doit plus détenir une participation minoritaire dans le capital des entreprises publiques. La privatisation des services de distribution de l’eau est clairement visée. 
Florence Higuet, IERPE, Belgium
Published: 5 years, 11 months ago (11/05/2012)
Updated: 4 years, 6 months ago (04/10/2014)

Sous la pression de l’Union européenne qui force l’austérité et les coupes budgétaires, le parlement grec vient d’adopter, avec une courte majorité, une loi sur la privatisation qui facilite la vente des biens de l’État : le gouvernement ne doit plus détenir une participation minoritaire dans le capital des entreprises publiques. La privatisation des services de distribution de l’eau est clairement visée.  

La mesure concerne, principalement, EYDAP (Athènes) et EYATH (Thessalonique), les deux plus grandes compagnies d’eau du pays.

Si la difficulté du vote au parlement grec souligne le fossé qui se creuse au sein de la coalition gouvernementale qui n’a pas fini d’adopter des mesures d’austérité sévères, le résultat n’en est pas moins inquiétant en ce qui concerne le droit à l’eau. Tandis qu’il est mis fin à la gestion de l’eau par des instances démocratiquement élues, l’accès à l’eau en tant que droit de l’homme n’est pas assuré.

Dans une lettre de fin septembre 2012 en réponse à un groupe d’organisations de la société civile, la Commission européenne soutient ouvertement sa position quant à la privatisation des services publics, en ce compris l’approvisionnement en eau, pour réduire la dette publiqueRéponse de la Commission européenne consultable en ligne (4 novembre 2012),http://documents.foodandwaterwatch.org/doc/FoodWaterEuropeWaterPrivatization17Oct2012.pdf..

Or, la pression de l’Union européenne va à contresens de la tendance actuelle en Europe quant à la gestion de l’eau, et surtout, cette politique déroge au principe de neutralité imposé par le Traité de l’Union européenne en matière de régime de propriété des services de l’eau.

En réaction à cette loi, la pétition « Save greek water » s’opposant à la privatisation des services de l’eau a été créée par l’Initiative for the non privatization of water in Greece. Comme l'affirme ce collectif, la privatisation de l'eau est une atteinte à la concrétisation du droit à l'eau en tant que droit de l'homme, ainsi qu'au caractère de bien commun et public de l'eau. 

Sources : 

http://www.fame2012.org/fr/2012/10/08/sauvons-eau-grecque/

http://www.foodandwaterwatch.org/pressreleases/eu-commission-forces-crisis-hit-countries-to-privatise-water/